Influenceurs virtuels : les nouveaux influenceurs stars du web

Les influenceurs virtuels révolutionnent le monde du web, devenant les nouvelles icônes de l'influence digitale. Ces personnages numériques, conçus par des technologies avancées, offrent une nouvelle dimension à la communication de marque et au marketing d'influence. Cet article explore l'ascension fulgurante de ces avatars qui captivent désormais l'attention des audiences mondiales ! Bonne lecture

Temps de lecture :
7 min
Marie Sophie
Publié le
2/20/2019

Le phénomène des influenceurs virtuels est arrivé d’un coup, sans prévenir depuis déjà 2 ans. Seulement depuis la rentrée 2019, le phénomène ne cesse de faire parler de lui et de conquérir de nouveaux adeptes.

Ces influenceurs entre fiction et réalité ont construit des communautés qui se composent de plusieurs centaines de milliers, voire des millions de followers sur les réseaux sociaux. Dignes des influenceurs les plus appréciés du moment, ces influenceurs 3.0, remplaceront-ils ceux de demain ?

Est-ce que ces influenceurs vont devenir le futur du secteur du digital ? Ou est-ce que ce n’est qu’un effet de mode temporaire ? Aujourd’hui, on décrypte tout pour vous !

 

Quand a commencé le phénomène des influenceurs virtuels ?

 

Tout d’abord, il faut savoir que ces influenceurs virtuels sont des CGI ; des « Content Generated Imagery ». En soi, ce sont des influenceurs inspirants, crédibles, mais inauthentiques, ce sont purement et simplement des images de synthèse.

Le phénomène des influenceurs virtuels a commencé avec l’apparition (ou plutôt la création) de Michaela Sousa en 2016, plus connue sous le pseudo de LilMiquela. Elle a été conçue par l’agence Brud, qui s’occupe également de Bermuda et Blawko, respectivement rivale et meilleur ami de Lil. Cette agence a créé toute une histoire autour d’elle ; c’est une Hispano-Brésilienne de 20 ans qui partage son « quotidien » avec ses fans. Avec plus d’1,5 million d’abonnés, LilMiquela a pu créer sa ligne de prêt-à-porter, sortir un single et enchaîner les partenariats avec les marques. Le succès est tel, que des investisseurs ont injecté près de 20 millions de dollars dans l’agence afin qu’elle continue de développer LilMiquela et les autres CGI.
 


 

Il existe bien d’autres influenceurs virtuels tels que Margot, Zhi ou Shudu. Shudu est une top-modèle sud-africaine qui est considérée comme « la première top-modèle numérique du monde » et cumule plus de 155 000 abonnés sur son compte Instagram, seulement lancé en avril 2017. Elle s’est fait connaître en travaillant pour la marque Fenty Beauty ainsi que pour Balmain, Vogue ou encore Cosmopolitain.
 


 

En soi, tout comme les influenceurs physiques, ces personnages virtuels possèdent une « vie » à part entière, ils ont un cercle d’amis, ils partagent des clichés de leur nourriture, ils multiplient les poses pour mettre en avant des produits, ils interagissent avec leurs communautés et décrochent même des partenariats avec les marques. L’univers dans lequel ils évoluent est très réaliste et c’en est déconcertant lorsque l’on sait qu’ils ne sont pas réels. En soi, ils font tout comme les influenceurs classiques, à l’exception que tout cela n’a jamais véritablement existé.

 

Les influenceurs virtuels : une opportunité pour les marques ?

 

Les influenceurs virtuels, avatars en images de synthèse, sont de plus en plus sollicités par les marques et les annonceurs publicitaires. Conscients de l’ampleur de ce phénomène, les annonceurs publicitaires choisissent de plus en plus de placer leur confiance dans ces influenceurs fictifs.


Digitalisation des marques de luxe


Les influenceurs virtuels sont un levier important pour les marques de luxe. En effet en 2016, Louis Vuitton a été la première marque de luxe à adopter une égérie virtuelle en créant une campagne avec Lightning, l’héroïne du jeu vidéo Final Fantasy.
 


 

Mais ce n’est pas la seule maison de luxe à parier sur la tendance pour promouvoir leur image et leurs produits. Balmain a fait appel à Shudu pour le shooting d’une nouvelle collection, Prada s’est servi de l’influenceuse LilMiquela pour un défilé à Milan, les maisons Buccellati et Dior s’étaient quant à elles tournées vers Noonoouri, une influenceuse mode virtuelle (moins réaliste mais toute aussi virtuelle que les autres) créée par l’agence Opium pour teaser leurs dernières collections respectives.

Cette tendance pour les CGI permet la digitalisation et la modernisation de ces marques de luxe.
 

Égéries virtuelles propres aux marques


Aujourd’hui, les marques se penchent également sur le phénomène et se mettent à créer leurs propres égéries virtuelles. Adidas Russie a par exemple conçu Asya Strike, sa nouvelle ambassadrice ou alors plus récemment Renault avec Liv qui apparaît dans les spots publicitaires TV.
 

Avantages pour les annonceurs


Du point de vue d’un annonceur, ces personnages sont très intéressants et présentent tous les bons côtés d’un humain, mais sans les inconvénients. Non seulement ils rassemblent de grandes communautés, mais en plus, ils ne peuvent pas être sujets à des polémiques ou des bad buzz liés à leurs passés ou des dérives post-contrat.

Les CGI offrent davantage de contrôle aux annonceurs et sont bien plus dociles que les influenceurs humains. Ils sont également polyglottes, peuvent être virtuellement présents dans différents pays en même temps sans avoir à payer des frais de déplacements et d’hébergements !

En soi, une image de synthèse est plus facile à gérer qu'une ambassadrice traditionnelle ; les égéries virtuelles sont des outils marketing faciles à moduler et pour le moment, plus économiques que des influenceuses célèbres.

Leur succès est tel auprès des annonceurs, que plusieurs marques envisagent désormais de créer leurs propres influenceurs virtuels !

 

Un phénomène qui fait débat

 

Auprès des marqueteurs


Pour beaucoup, le phénomène des influenceurs virtuel fait débat et la question qui revient le plus est que s’il ne s’agit pas de véritables personnes, les influenceurs virtuels sont-ils simplement des extensions de marques ?

Pour certains oui, beaucoup de marqueteurs sont totalement contre ce phénomène, car pour eux, il va à l’encontre de ce qui est recherché dans l’influence marketing : l’authenticité. Comment peut-on croire que Shudu aime le nouveau rouge à lèvres Fenty Beauty alors qu’elle n’a même pas pu le tester ? Les marqueteurs se demandent pourquoi les internautes devraient faire confiance à une figure qui n’existe même pas, et suivre ses recommandations. Pour eux, ce ne sont pas de vraies personnes, et elles ne peuvent donc pas donner une recommandation totalement authentique, elles ne peuvent pas évaluer un produit, sa senteur, sa douceur…

De plus, certaines critiques sont faites accusant les créateurs de ces avatars de ne pas être assez transparents sur la nature artificielle de ces influenceurs et de maintenir le public dans le doute. Certains commentaires sous les photos du compte Instagram de ces influenceurs virtuels montrent que certains utilisateurs n’ont pas tous perçu le caractère virtuel de ces figures. On retrouve très souvent des commentaires du type : “On voit qu’elle est retouchée sur Photoshop”. Certaines personnes pensent donc vraiment qu’ils sont réels et que ce sont juste des personnes qui abusent des filtres pour avoir l’air de personnages 3D. La banalisation des retouches photo et l'utilisation quasi systématique des filtres modifient le rapport au réel et les agences qui ont créé ces influenceurs jouent sur ça.
 


Pour d’autres, les influenceurs virtuels sont aussi crédibles que des personnes physiques. D’autant plus que comme le soulignent certains photographes, aucune campagne portant sur des produits de beauté n’est vraiment représentative de ce que les produits de maquillage donnent dans la vraie vie. Il est très rare que l’on voie une photo non retouchée sur du maquillage dans le cadre d’une campagne de publicité pour des produits de beauté.


Les codes de l’influence ne sont pas respectés


Une autre question qui divise est le fait que ces images de synthèses veulent être considérées comme de réels influenceurs, mais ne respectent pas certaines règles de l’influence.

Tout d’abord, bien que ces nouveaux influenceurs mettent en avant de nombreuses marques, la notion de partenariat rémunérée n’est jamais évoquée. Les agences qui les gèrent se défendent de toute monétisation de ces collaborations… ce qui est plutôt étonnant lorsque l’on connaît la taille de l’audience des CGI.

De plus, la notion de contrat est remise en question, y en a-t-il réellement un ? Aujourd’hui, lorsque les influenceurs font la promotion d’un produit, ils signent au préalable un contrat de publicité ; mais dans ce cas, qui signe ? Y a-t-il de réels contrats ?

Enfin, l’influence marketing prône l’authenticité, la transparence… les influenceurs sont libres de dire ce qu’ils veulent. Or ici, on ne sait pas qui juge les produits, on ne sait pas s’ils ont été testés ni par qui et on ne sait pas qui nous donne son avis ? Les marques peut-être ?

Autant de questions qui créent le mystère autour de ce phénomène qui intrigue !

 

En conclusion, oui, on peut se croire au beau milieu d’un épisode de Black Mirror et oui ça peut paraître bizarre, voire même effrayant, mais les influenceurs virtuels n’en restent pas moins fascinants !

Si le projet semble artistique, il n’en reste pas moins commercial et les marques l’ont bien compris, et les possibilités sont sans limites !

A propos de l’auteur
Marie Sophie

Directrice marketing, elle a à coeur de vous proposer des ressources de qualité pour vous aider à créer, personnaliser et promouvoir votre personal branding.

Nos autres articles sur le sujet :
Marie Sophie
3/6/2024
Google en danger : l'ascension de TikTok et Instagram

Vous avez besoin d'infos sur un produit ? D'inspiration ou d'un tuto ? Découvrez comment TikTok et Instagram transforment la recherche en ligne pour la Gen Z ! De nos jours, de plus en plus d'utilisateurs, surtout la Gen Z, se tournent vers les réseaux sociaux comme TikTok et Instagram. Ce phénomène révolutionnaire bouleverse les pratiques de consommation. L'achat par photo et par commande vocale révolutionne la consommation en permettant des achats instantanés. Le live shopping, avec ses démonstrations en direct, peut considérablement augmenter les taux de conversion. Google réagit en proposant de nouvelles fonctionnalités ! Plongez-vous dans notre article pour en savoir plus !

Marie Sophie
3/6/2024
Tendances social media : adoptez les vidéos courtes

Une vidéo réussie c’est la clé pour un marketing efficace ! 2024 marque une révolution passionnante dans le domaine du marketing vidéo ! Les contenus courts, incarnés par les plateformes telles que TikTok, Instagram et YouTube Shorts, sont désormais au cœur de stratégies de communication réussies. MO&JO vous donne donc tous les tips pour booster vos vidéos courtes ! Ils sont à découvrir dans l’article !

Camille
15/5/2024
CBO vs ABO : on vous dévoile la meilleure stratégie pour optimiser vos campagnes sur Facebook Ads

Vous cherchez à propulser vos campagnes publicitaires sur Facebook vers de nouveaux sommets ? Ne cherchez pas plus loin ! Notre article vous plonge dans le monde de l'optimisation du budget de campagne, explorant les deux approches les plus courantes : CBO et ABO. Que vous soyez novice ou expert en Facebook Ads, MO&JO est là pour vous guider à travers les avantages et les inconvénients de chaque méthode. C’est parti !

La mojonews
Les tendances les plus chaudes du marketing directement dans votre boîte mail !
Merci  ! Vous recevrez la MOJONEWS prochainement
Oups !  Une erreur s'est produite. Merci de réessayer

Vivre le Mojo avec MO&JO

Depuis 2016, nous vous permettons de vous concentrer sur votre métier en prenant en main l’intégralité de votre stratégie marketing.
Notre Leitmotiv ? Vous aider à mettre en place vos projets de développement business, avec méthode, sympathie et efficacité.

10 Millions
Budget ADS
Display / Social / Search / Emailing, DOOH
500
campagnes
35
collaborateurs
95%
satisfaction client
Questions fréquentes

Pourquoi mo&jo ?

MO&JO, c’est avant tout un collectif d’experts passionnés partageant les mêmes valeurs basées sur l’énergie positive et l’envie d’avancer ensemble.
L'esperluette quant à elle est un symbole typographique représentant la conjonction "et" ("&"). Chez MO&JO, l'esperluette joue un rôle central dans notre identité et incarne notre esprit d'explorateur, notre audace et notre créativité.

Qu’est-ce qu’avoir le Mojo ?

Comme dirait France Gall, le mojo c’est “ce tout petit supplément d’âme, cet indéfinissable charme, cette petite flamme !”. Le mojo est mystérieux, redoutable et définit votre feu sacré, cette énergie intérieure qui fait de votre marque ce qu’elle est.
Et notre mojo dans tout ça ? Il nous vient de l’innovation, de l’expertise, de la création et de l’expérience. Notre raison d’être c’est d’être l’agence marketing qui inspire & stimule le monde.

Quelle est la méthodologie de Mo&Jo
pour mes activations digitales ?

La méthodologie MO&JO : une aventure en quatre étapes. Tout commence par la prise de contact, où nous prenons la mesure de vos challenges. Ensuite, une feuille de route soigneusement timée prend forme, pour guider chaque étape avec précision. Nous créons ensuite un environnement de travail parfait pour vous, en utilisant des outils de pointe pour plus d’efficacité. Notre mission ? Vous offrir l’accompagnement le plus fluide et personnalisé possible.

Quelle différence avec les autres agences web ?

Ce qui nous différencie des autres agences web, c’est que nous ne sommes pas une agence web ! Notre méthodologie basée sur une expertise solide et des outils innovants, mais c’est surtout notre engagement envers l'authenticité ! C’est à dire la relation de confiance, la proximité et l’approche partenaire que l’on instaure avec nos clients.
Notre but : vous aidez à développer une présence en ligne en phase avec vos valeurs et explorer le champ des possibles.

Combien coûtent vos services ?

Chez MO&JO, nous croyons en la personnalisation et au sur-mesure. En effet, comme chacune de vos demandes se veut unique, nos tarifs sont façonnés selon vos besoins, la durée de vos campagnes, la complexité de votre projet et les moyens employés. Si vous souhaitez avoir plus de précisions sur nos budgets, faites-nous signe et contactez-nous !